Blog
Crédit refusé

Crédit refusé – quelles alternatives prendre ?

Il arrive qu’un organisme de financement rejette la demande de prêt d’un client. C’est une situation à la fois déplaisante et décourageante pour ce dernier. Il y a de quoi voir son projet voué à l’échec. Il ne faut pas baisser les bras. Ce n’est que le premier obstacle. Se battre pour réaliser quelque chose qu’on tient à cœur est la première chose à faire. Réfléchissez à tête reposée. Beaucoup de questions vous reviennent en tête suite à un refus.

Quel est le problème ?

Chaque emprunteur ne doit pas prendre à la légère le refus de crédit d’un organisme de financement. Cela constitue une alerte lui avertissant que quelque chose n’allait pas. Les organismes prêteurs ne voudront en aucun cas courir le risque en vous prêtant de l’argent. D’ailleurs, ils sont toujours en quête de nouveaux clients. Il y a vraiment de sérieux problèmes qui les obligent à rejeter des demandes. Qu’est-ce qui se passe ?

Ce qu’il faut faire, c’est comprendre les motifs du rejet. À noter que l’établissement de crédit n’est pas obligé de donner ses raisons. Malgré cela, deux motifs fréquents conduisent au refus :

  • Le demandeur doit régler les problèmes de fichage ou d’interdit bancaire
  • L’organisme de crédit juge que le projet n’est pas viable ou qu’il y a un haut risque de surendettement du demandeur à cause de sa faible capacité de remboursement.

Doit-on réviser le projet ?

Quelquefois, il s’avère nécessaire d’apporter des retouches au projet afin de passer d’un refus à une acceptation. La première chose à faire, c’est de revoir à la baisse le montant du projet ou réduire les mensualités pour une durée de remboursement un peu plus longue. En second lieu, le demandeur peut ajouter d’autres arguments ou un apport personnel.

Sachez cependant qu’une épargne régulière, même en petite quantité, est très éligible. Il est aussi intéressant pour un prêt immobilier de réduire les travaux à effectuer ultérieurement.

Doit-on consulter d’autres financeurs ?

Il est aussi possible que le projet soit viable, mais il atterrit à la mauvaise porte. Les critères d’octroi diffèrent d’un établissement à un autre. Il en est de même pour le niveau de tolérance. Si le demandeur est sûr de la faisabilité de son projet, il lui est conseillé d’envoyer le dossier de crédit à d’autres établissements.

Annuler ou remettre son projet à plus tard ?

C’est une sage décision d’annuler le projet si le risque de surendettement est élevé. Le remboursement doit être en effet largement au-dessous de 33 % des revenus de l’emprunteur.

De même, tirer des leçons de cet échec permet d’obtenir facilement des crédits plus tard. Il vaut mieux attendre que la situation s’améliore avant de reprendre le projet. Vous pourrez alors attirer la chance de votre côté en :

  • Réglant tous les crédits en cours
  • Faisant un apport personnel
  • Se constituant une épargne
  • Attendant que les prix de l’immobilier se stabilisent.

Ou bien, il est très judicieux de changer un peu le projet. Pour un projet immobilier, par exemple, réorientez le choix sur un bien immobilier plus attrayant, très convoité, bien situé, qui sera sans aucun doute rentable en location ou autre usage. Vous pouvez valoriser ce bien en lui apportant quelques touches de rénovation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *